Caractéristiques incontournables entre un poêle à inertie et un poêle traditionnel

Quelles sont les différences fondamentales entre un poêle de masse et un poêle à bois traditionnel ?

C’est une question que l’on nous pose souvent… mais quelle est la différence entre ces deux méthodes de chauffage ?

La structure du poêle :

Les poêles de masse sont toujours plus imposants, massifs, que les autres types de poêles. Nous parlons de structure pouvant aller de 600 kg à plusieurs tonnes.

Le mode de chauffe :

Le poêle à inertie ne chauffe pas l’air (convection), du moins très peu, mais sa masse. Cette masse, en l’occurrence pour notre Rimandoule, est la brique réfractaire. La brique réfractaire, comme la pierre ollaire ou la stéatite, stocke la chaleur produite lors de la combustion et la restitue par rayonnement tout au long de la journée. On caractérise la chaleur par rayonnement de plus douce et plus homogène.

Chauffage par rayonnement vs convection : lisez cet article !

La norme française :

Ne s’y improvise pas qui le souhaite comme fabriquant de poêles de masse. Un vrai poêle de masse détient la certification NF EN 15250.

Le confort thermique :

Le poêle de masse restitue son énergie non pas en fonction du besoin du logement, mais en fonction de sa courbe de restitution et de la température ambiante. Son rendement est identique à chaque flambée, quelque soit le logement… ce n’est que le volume de la maison et son niveau d’isolation qui feront la différence.

Le nombre de flambées :

D’une manière générale, 1 à 2 flambées d’1h30 et par jour suffisent pour chauffer durant plus de 24 heures le logement (les flambées se font soit le matin, soit en soirée ou aux deux moments dans une même journée).

Les poêles classiques doivent être alimentés en bois tout au long de la journée pour ne pas perdre la chaleur acquise des premières combustions.

Concrètement, avec le poêle à libération lente de chaleur (de masse), vous réalisez votre flambée d’1h30 le matin avant de partir au travail et à votre retour, votre maison est encore tempérée agréablement (si votre maison répond, bien évidemment, aux critères d’isolation requis).

Son autonomie :

Le poêle de masse ne requiert votre aide que pour l’allumage et les 3 chargements de bois de la flambées d’1h30. Ensuite, il devient complètement autonome. De plus, il fonctionne sans électricité.

Les poêles à bois traditionnels ne restituent plus de chaleur une fois que le bois de la chambre de combustion a été complètement brûlé. Votre présence est obligatoire pour conserver une chaleur confortable tout au long de la journée chez vous.

La consommation de bois :

Pour une maison bien isolée, comptez une consommation maximum de 5 stères de bois par an pour le poêle de masse.

Sa prestance :

Un poêle de masse ne se fond pas « dans la masse »! Par sa prestance, il fait parti intégrante de la maison, comme un meuble. Ils ont souvent un design atypique.

Sa modularité :

Dans le cas des poêles de masse fabriqués de manière artisanale, il est souvent possible d’agrémenter le poêle de masse d’options soit pour prolonger l’inertie, soit pour apporter de la chaleur dans les pièces les plus froides. Il est possible de rajouter de la masse (idéal pour les maisons en paille par exemple, où l’inertie est relativement faible), de créer un circuit de gaines de ventilation pour apporter de la chaleur dans certaines pièces, de créer de l’eau chaude sanitaire pour alimenter des radiateurs à eau, etc. On réalise par ce biais là un système de chauffage sur-mesure.

Son prix :

Prix poêle traditionnel : à partir de 3 000 euros

Prix poêle de masse : à partir de 8 000 euros

Nous espérons que cette analyse non exhaustive vous aura permis d’appréhender les différences qu’il y a entre les poêles à accumulation de chaleur et les poêles à bois dit traditionnels.