Nos poêles de masse en briques réfractaires


Les poêles de masse sont connus sous différentes appellations : poêles à inertie, poêles à libération lente de chaleur, poêles à accumulation de chaleur.

Ce sont des poêles à bois qui ont la caractéristique d’être lourds, de 500 kg à plusieurs tonnes.

Leur principale composition est une matière réfractaire (brique réfractaire, pierre ollaire, stéatite, béton réfractaire…). Ces matériaux ont pour particularité de résister aux températures élevées et aux attaques chimiques.

Par choix stratégique, notre production est basée sur la brique réfractaire, car elle est fabriquée localement et issue des carrières françaises.

Ce mode de chauffage est low-tech, c’est-à-dire, de conception sobre, mais robuste, d’une efficacité élevée et répondant aux défis environnementaux.

Autonome et nécessitant peu de bois pour chauffer des maisons entières, ce chauffage ancestral, sans obsolescence, se réinvente depuis deux décennies, pour répondre à l’urgence climatique et à la pression énergétique.

De plus, grâce à la combustion vive du bois, il permet de brûler du feuillu comme du résineux, sans risque d’encrassement du poêle de masse et de son conduit de fumées.

Depuis plus de 15 ans, notre gamme de poêles de masse à bois n’a qu’une seule vocation : chauffer grâce à l’énergie renouvelable bois des logements adaptés à recevoir ce système de chauffage.

Demander votre analyse de projet

Les 4 éléments qui qualifient un poêle de masse


1/ La combustion dans un poêle de masse


La chambre de combustion d’un poêle de masse est en capacité d’encaisser des températures élevées, de 600 à 850 ° C ; contre 400 ° C dans un poêle à bois traditionnel.

Grâce à ces hautes températures et un apport en air suffisant, le processus de combustion rend les flambées propres et complètes même celles faites avec du résineux.

Les gaz et les particules polluantes contenues dans les fumées sont brûlés et re-brûlés lors de la double combustion.

2/ L’échange de chaleur entre les briques réfractaires et les fumées


Il existe deux types d’échanges de chaleur dans les poêles de masse : l’échange laminaire et l’échange turbulent.

L’échange laminaire permet aux fumées d’emprunter un chemin précis et long dans l’accumulateur du poêle de masse (entre 2 et 3 mètres suivant le modèle).

L’échange turbulent se caractérise par un circuit plus court, plus dynamique, où les fumées se confrontent.

Ces deux configurations ont pour but de laisser le temps au matériau réfractaire d’absorber les calories contenues dans les fumées afin qu’elles arrivent tièdes en sortie de poêle.

Nous avons opté pour une conception basée sur la turbulence, car l’échange entre les fumées et la brique réfractaire est plus réactif.

Nos poêles à inertie correspondent ainsi aux rythmes de vie moderne : chauffer vite et longtemps.

Ils commencent à émettre de la chaleur 30 minutes après le démarrage de la flambée, contre plusieurs heures pour d’autres appareils de masse.

Déflecteur poêle de masse briques réfractaires
Double peau poêle de masse briques réfractaires

3/ La masse des poêles à inertie


Une masse importante, sans être excessive, de 600 à 1000 kg est un bon choix, car trop d’inertie a aussi des inconvénients : nos climats sont tempérés, nos maisons sont isolées. La gamme offre un compromis réactivité (chauffer vite) par rapport à l’inertie (chauffer longtemps) adapté à nos habitats.

intérieur poêle de masse en briques réfractaires
virole briques réfractaires inertie poêle de masse

4/ La norme NF EN 15250 relative aux poêles de masse


Un poêle de masse répond aux exigences de la norme NF EN 15250. Il doit obtenir cette certification par un laboratoire agréé et indépendant pour pouvoir porter ce nom.

Depuis 2022, nos appareils sont également marqués Ecodesign ; règlementation européenne visant à soutenir la conception de produits à efficacité énergétique élevée et utilisation raisonnée des ressources.

Tout appareil avec des performances énergétiques trop faibles, comme par exemple des chaudières à fioul ou au gaz, sont désormais interdits sur le marché.

Télécharger la déclaration de conformité de nos poêles de masse

La structure en briques réfractaires de nos poêles de masse, les avantages


Les fûts : foyer et accumulateur


Notre atelier de fabrication produit en série, à la main, mais avec des outils modernes, deux modèles de poêles de masse, modèles PM600 et PM800, avec un degré de personnalisation possible.

Chaque poêle est fabriqué en deux parties : le foyer et l’accumulateur de chaleur. C’est durant l’installation que ces deux parties sont assemblées l’une sur l’autre pour former l’appareil.

Notre gamme n’étant pas maconnée sur place, celle-ci n’est pas fixée sur le bâti, le poêle de masse Mélèze reste donc déménageable.

L’installation est courte (1 journée) et propre.

Futs poeles de masse briques réfractaires

Un premier étage de combustion avec ses arrivées d’air primaires et secondaires et une double porte vitrée de chargement.

Un deuxième étage d’accumulation et de restitution de la chaleur, équipé ou non d’un four de cuisson pouvant atteindre des températures de plus de 300° C en 40 minutes.

Une température de surface des briques réfractaires de 80 ° C en moyenne, sans risque de brûlures.

La brique réfractaire de nos poêles de masse


90 % de la masse de nos poêles à inertie est en briques réfractaires, matériau noble fabriqué traditionnellement dans la Drôme, avec de l’argile et de la chamotte (brique recyclée).

Chaque brique passe deux fois dans les mains de l’homme à la fabrication, deux fois à la construction et deux fois au montage, ce qui fait que ce poêle, même fabriqué en série, un produit artisanal.

Les briques réfractaires sont compressées à 350 kg/cm² = 40 tonnes par brique et cuites à 1 300 °C.

Leurs résistances thermiques et mécaniques sont inégalables (même qualité et fournisseurs que pour les fours industriels).

Leur cuisson à 1 300 °C garantit une résistance thermique à des élévations de température de plus de 1000 ° C dans la chambre de combustion.

Les performances thermiques de la brique réfractaire dépassent de loin celle du béton réfractaire, car le liant (ciment noir) du béton réfractaire n’est pas un bon matériau thermo-conducteur.

C’est uniquement la chamotte (terre cuite concassée) liée par le ciment qui donne les propriétés thermiques au béton.

Les briques réfractaires sont collées par une colle haute température, céramisante avec la chaleur.

découpage de la brique refractaire poele de masse
poncage de la brique réfractaire poele de masse

Parties en métal


usinage des parties métal poele de masse
travail de l'acier sur un poêle de masse en briques réfractaires

Les parties en métal, épaisses et très robustes pour 10 % de son poids total : socle, porte, four et chapeau sont fabriquées dans une chaudronnerie de la Drôme.

Un four très efficace : vous oublierez la chaleur tournante !


Ce qui caractérise notre gamme de poêles de masse est également son option phare : le four de cuisson intégré, sur demande, à l’échangeur de chaleur.

Si vous aimez cuisiner à l’ancienne avec des recettes qui demandent à mijoter plusieurs heures, que vous désirez saisir une grillade et faire sauter des pommes de terre ou encore faire cuire une pizza… ce four répondra à toutes vos attentes.

220° C en 25 minutes, 300 ° C en 1 heure. Il garde sa capacité de cuisson pendant 6 heures après l’arrêt du feu.

Les amateurs de pain pourront également retrouver le plaisir de le faire eux-mêmes, dans ce four ou dans le foyer en fin de feu, ce qui lui donnera une saveur de pain cuit au feu de bois.

Télécharger le livret de recettes
pizza au four poêle de masse en briques réfractaires

Ramonage et entretien du poêle de masse

Outre les deux ramonages annuels du conduit de fumées, l’intérieur du poêle de masse est également à entretenir.

Pour les poêles Mélèze, les ramoneurs facturent en moyenne 150 €.

Voir vidéo ramonage du poêle

Diverses options proposées dans le Mélèze


  • Bouilleur
    • Production d'eau chaude sanitaire, jusqu'à 150 l/flambée avec une installation en thermosiphon
    • Possibilité de raccorder le ballon d'eau à une installation de panneaux solaires thermiques
  • Production d'air chaud (ventilation)
    • Capter la part de convection générée par le poêle de masse et l'acheminer naturellement ou mécaniquement dans des pièces peu éloignées de l'appareil
  • Sèche-torchons circulaire
  • Satellite d'étage
  • Satellite latéral
  • Plaque acier pour répartir la masse du poêle de masse
  • Grille de protection de porte pour la sécurité des enfants ou des animaux
  • Thermomètre de four (inclus)
  • Thermomètre des fumées (inclus)
  • Anneaux de briques supplémentaires pour augmenter l’inertie du poêle de masse
Voir toutes les options possibles

La combustion vive du poêle de masse Mélèze


La combustion vive permet de brûler du feuillu comme du résineux, mais de manière générale tous les bois non traités. Toutefois, le résineux s’utilise une fois la chambre de combustion chaude.

Combustion du résineux dans un poêle de masse


Une combustion vive à haute température, de 600 à 850°C dans le poêle de masse, autorise la combustion du résineux. La résine est un hydrocarbure non transformé qui commence à brûler à partir de 600°C. En dessous de cette température, la combustion du bois distille la résine en carbone qui vient se déposer sur toutes les surfaces internes du poêle à bois, dans les moindres recoins, et dans le conduit de fumées.

Plus tard, un gros feu vif déclenchera la combustion de ce carbone, c’est ce qu’on appelle le feu de cheminée avec toutes les conséquences que cela peut engendrer. Pour brûler du résineux dans le poêle de masse, il est très nécessaire préalablement de monter la chambre de combustion en température.

Les poêles de masse Mélèze ont subi des tests d’essais avec du bois de charme, mais également avec du pin sylvestre, tests qui ont donné des résultats concluants. Ces résultats démontrent leur capacité à brûler du résineux sans danger et sans effet négatif sur l’environnement.

Recyclage


Le carton et le papier sont d’excellents combustibles, car dérivés du bois et anhydres (qui ne contient pas d’eau). Leur pouvoir calorifique équivaut à ceux des bois feuillus à 0 % d’humidité.

Le carton coupé en bandes ou roulés-serrés, le papier haché, ou les cagettes brûlées en combustion vive produisent beaucoup de chaleur dans le poêle de masse, car le long circuit des fumées avec ses chicanes permet d’absorber 80 à 90 % de l’énergie consommée.

Il y a des régions où les centres de tri, souvent saturés, n’arrivent plus à recycler tout le papier et le carton, qui partent hélas à l’enfouissement ou à l’incinération avec les ordures ménagères. En recyclant ces déchets dérivés du bois en combustibles non polluants et à haut pouvoir calorifique, vous agissez pour la protection de l’environnement en économisant les forêts.